Nous sommes arrivées à Munnar de nuit après avoir fait, d’après nous environ 320 kms, d’après notre taxi plus de 430 kms (voir l’article sur les taxis !) ; bref.
A 20 kms de Munnar plus exactement près du village de Kallar, dans un home stay sympa avec Babou, le cuisinier, homme à tout faire adorable : Dew Drops farm house (1.500 rps ) : chambre spacieuse avec une vue … à droite, celle que l’on avait de notre véranda qui se passe de commentaires. C’est la région des plantations de café , de cardamome et de toutes sortes d’épices ; les ballades sont agréables, il y fait frais, il y fait « calme »  et la gentillesse des habitants est revigorante.

Notre première visite, à 500 mètres de notre hôtel, a été pour une « nursery » de fleurs malgré l’accès rocambolesque (pour celles qui ont le vertige). On a pas regretté. les propriétaires, délicieux nous ont accueilli, offert le thé, des bananes séchées et expliqué tout ce qu’ils faisaient pousser ;  j’ai presque tout oublié ; heureusement qu’on a gardé les preuves :

C’est aussi ici que l’on a vu les gens utiliser les parapluies pour la pluie.
En cette saison, il pleut tous les jours une demi heure à une heure et c’est bien agréable, pour nous et pour les plantations.

Nous sommes resté à déambuler une journée sur les chemins de terre ocre (on en a ramené de cette terre pour faire … je ne sais pas quoi).

Toujours une surprise au détour de notre promenade.

Un arrêt pour acheter quelque trucs à grignoter.

Un autre pour faire des risettes à un gamin qui manifestement n’a pas vraiment apprécié !! (on peut pas plaire à tout le monde).

Il y a également  pas mal de cascades mais, même s’il pleut un peu dans la journée, on est tout de même à la saison sèche.
Donc après une journée de repos, nous avons affrété un vaillant rickshaw pour une visite de la région avec comme objectif « Top station » , le point culminant des montagnes à cheval sur le Kerala et le Tamil Nadu.

Premier arrêt pour un superbe lac avec quelques touristes locaux.
Pendant qu’Isabelle en brossait un magnifique souvenir (c’est à mon avis, la plus belle aquarelle du voyage),  je m’employais également à développer mes talents artistiques ; à 10 rps les 5 coups, j’allais pas me priver !

.

.

.

.

Ensuite, nous ne savions pas où donner de la tête ; les jardins de thés qui moutonnent jusqu’à l’horizon, quelques arbres mauves pour le contraste : pfff !!!

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Dans les champs, les femmes taillaient les têtes des théiers avec des « ciseaux épuisettes », des surjupes en grosse toile pour contenir les feuilles coupées ; nous sommes arrivées au moment de leur pause : quelques photos, quelques croquis, pas mal de rires ; elles nous ont offert le thé, légèrement sucré, un poil fumé ; à Munnar, on en a jamais bu un aussi bon. Un moment de partage.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Et puis le retour aux champs pour elles et le départ pour nous avec un petit pincement au cœur.

.

.

.

.

Quelques kilomètres plus loin, après un chemin chaotique nous sommes arrivées à Top station, ou les marchandes de souvenirs proposent des … légumes !

.

.

.

Nous avons fait une partie du retour sous la pluie mais au sec (et au chaud), notre rickshaw avait bâché son véhicule. Nous nous sommes tout de même arrêtées à Munnar, petite bourgade bruyante et sans grand intérêt (en tout cas pour nous) si ce n’est la possibilité de faire des massages et d’acheter des épices au marché.

En tout cas, fuyez la visite du musée du thé, propriété de l’omnipotent et omniprésent TATA ; c’est du foutage de gueule caractérisé : on commence par un film à la gloire de Tata qui fait du bon thé et s’occupe bien de ses ouvriers puis le groupe traverse au pas de course 2,3 petites salles meublées de vestiges coloniaux pour faire bien, avant d’être parqué dans une salle pour entendre quelques explications succinctes sur les différentes étapes de la transformation ; « vous avez des questions ? non bon, la boutique est en bas à droite » avec éventuellement la possibilité de « déguster » un thé infect dans des gobelets en plastic. Au revoir et merci de votre visite !!

Nous sommes parties le lendemain visiter la réserve de Chinnar à 60 kms de Munnar et sommes arrivées vers 12 heures : l’heure la plus stupide pour tenter de voir des animaux. Mais notre hôtelier qui nous avait « organisé » la chose (en fait réservé un taxi pour y aller) nous avait dit que les guides, originaires des tribus et donc  paresseux par nature étaient rarement présents le matin !!! Un conseil, contactez le « Forest information Centre » pour réserver une visite. Plusieurs possibilités de treck vous sont proposées par les guides en question en fonction de vos envies et du temps dont vous disposez.

Nous n’avons bien entendu vu aucun animaux mais le paysage était grandiose.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Nous avons croisé la mère de notre guide qui garde les chèvres dans les collines, admiré le paysage et pour ce qui me concerne, marché sur une grosse crotte d’éléphant ; même du pied droit, ça ne fait pas plaisir.

.

Retour sans souci, on en a pris encore plein les yeux et les seuls animaux que nous avons vu ce sont ces singes pas franchement engageants, à moins qu’ils n’aient été paniqué à notre passage … décidément!